Sondage

Nous avons réalisé un sondage concernant le phénomène des violences conjugales.

 

Le sondage a été effectué en décembre 2008, place Saint Michel, dans le 6ème arrondissement de Paris, à Vitry-sur-Seine dans le Val de Marne (94) et au Mesnil d’Acon dans l’Eure (27).

 

Sur un échantillon, représentatif de la population française, de 100 personnes :

 

- 52 étaient des femmes

- 48 étaient des hommes

 

 

- 1 appartenait à la PCS « Agriculteurs exploitants »

- 3 appartenaient à la PCS « Artisans, Commerçants, Chefs d’entreprise »

- 8 appartenaient à la PCS « Cadres et Professions Intelectuelles Supérieures »

- 14 appartenaient à la PCS « Professions Intermédiaires »

- 17 appartenaient à la PCS « Employés »

- 15 appartenaient à la PCS « Ouvriers »

- 24 appartenaient à la PCS « Retraités »

- 18 appartenaient à la PCS « Autres sans activité professionnelle »

 

 

- 25 avaient moins de 20 ans

- 54 avaient entre 20 et 59 ans

- 13 avaient entre 60 et 74 ans

- 8 avaient 74 ans ou plus

 

 

Nous avons respecté les chiffres de répartion par âge ; par sexe et par PCS donnés par L’INSEE pour pouvoir constituer notre panel.

 

 

Les résultats :

 

A la question : «  En France, une femme meurt sous les coups de son conjoint tous les : 3 jours ; 7 jours ; 14 jours ou 28 jours ? » :

 

51,3 % des français pensent qu’une femme meurt de violences conjugales tous les 3 jours ; 17,9 % pensent que cela arrive tous les 7 jours ; 12,8 % tous les 14 jours ; et 10,3 % tous les 28 jours. 7,7 % des personnes intérogées ne savent pas.

 

 

A la question : « En France, un homme meurt sous les coups de sa conjointe tous les : 5 jours ; 10 jours ; 15 jours ou 20 jours ? » :

 

61,5 % des français pensent qu’un homme meurt sous les coups de sa conjointe tous les 20 jours ; 12,8 % pensent que cela arrive tous les 15 jours ; 12,8 % tous les 10 jours et 2,6 % tous les 5 jours. 10,3 % des personnes intérogées ne savent pas.

 

 

A la question : « Selon vous, en France, le phénomène des violences conjugales est-il assez médiatisé ? » :

 

79,5 % des français répondent Non ; et 20,5 % répondent Oui.

 

 

A la question : « Pouvez vous citer une raison pouvant expliquer les violences conjugales en France ? » :

 

30,8 % des français intérogés citent « L’alcool et les drogues » ; 23,7 % citent « La conjoncture économique délicate et le chômage » ; 20,5 % mettent en cause « L’éducation reçue » ; 12,8 % pensent que « La provenance des différents milieux sociaux et religieux » influencent la présence, ou non de violences conjugales ; 7,7 % voient « Le machisme » comme raison pouvant expliquer les violences conjugales. 5,1% des personnes intérogées ne savent pas quelle raison citer.

 

 

Analyse :

 

Les français sont donc plutôt au courant de la fréquence à laquelle meurt une femme sous les coups de son conjoint en France, puisqu’ils sont 51,3 % à savoir que cela arrive tous les 3 jours.

 

En ce qui concerne la fréquence à laquelle meurt un homme sous les coups de sa conjointe en France, les français se trompent majoritairement en pensant à 61,5 % que c’est tous les 20 jours. Seuls 12,8 % d’entre eux savent, à juste titre, qu’en France un homme meurt de violences conjugales tous les 10 jours.

 

Une très grande majorité des personnes interrogées affirme que le phénomène des violences conjugales n’est pas assez médiatisé en France (79,5 %).

 

Ce qui ressort des réponses du panel, c’est que l’alcool et les drogues - la crise économique et le chômage - ainsi que la qualité de l’éducation reçue sont les trois principales raisons qui expliqueraient en partie le phénomène des violences conjugales.

 

 

Julian GASPAROVIC, Mathilde DELAMOTTE et Gautier COULHON

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×